L'Île Sainte Marie (Nosy Boraha)

“L'île aux pirates”

Étrange destinée que celle de cette île où aucun point n'est à plus de 3 km de la mer, et dont un esprit facétieux a dit un jour qu'elle avait le profil d'un illustre Général ! Sainte Marie est en fait un archipel composé d'une Grande Terre et de 7 îlots dont les noms sont autant de rappels d'une histoire et d'une nature bien loin des lieux communs : l'Ilot Madame à l'entrée de la Baie d'Ambodifotatra, l'Ile aux Forbans au milieu de la même Baie, l'Ile aux Baleines à l'Est, les 3 Ilots aux Sables, barrières naturelles à la houle, et surtout l'Ile aux Nattes, au sud.

Coucher de soleil sur l'île Sainte Marie, Madagascar

Il était une fois. Des brumes de ces temps d'avant le temps où tout n'était encore que légendes, Sainte Marie en a surtout retenu deux. Celle de Boraha ou Raborahigny, un naufragé sauvé miraculeusement par une raie-requin qui aurait également fait jaillir pour lui la source sacrée d'Ankobahoba. Celle aussi de Tanazy, chasseur de baleine et lanceur émérite de harpon, ce qui lui valut son surnom de "Mpitoraka Trozona". Plus tard quand ses disciples prenaient la mer, les femmes se séparaient de leurs bébés jusqu'à leur retour pour, disait-on, que les baleines en fassent autant avec leurs baleineaux. Ce temps n'est plus car aujourd'hui Sainte Marie et les baleines sont les meilleurs amis au monde, un peu grâce aux girofle, un arbre providentiel qui a radicalement changé les habitudes de vie des anciens chasseurs. Demandant peu de soins, il donne des clous après 5 ans et ce jusqu'à l'âge canonique de 100 ans ! Il faut seulement savoir les cueillir à temps, sinon ils se transforment en fleurs, puis en fruits rouges.

Le lagon de l'île Sainte Marie, Madagascar

La Buse, Tew, David Williams, Thomas White, tous ces grands noms de la piraterie des 17è et 18è siècles ont, à un moment ou à un autre établi leurs quartiers à Sainte Marie, certains choisissant même de s'y installer définitivement. Transformée en lieu de déportation en 1902, l'île vécut cette bien triste condition qui lui seyait si mal jusqu'en 1957, année où les bagnards déménagèrent définitivement pour Nosy Lava. 10 ans plus tard s'ouvrait enfin pour Sainte Marie l'ère du tourisme avec la construction fin 1968 du tout premier bungalow. Un départ en flèche puisqu'en 1970 les archives faisaient déjà état de 200 visiteurs !

Ile de l'Arbre du Voyageur dont la silhouette en éventail peuple toutes les collines, terre taillée pour la randonnée en VTT avec une bonne centaine de kilomètres de pistes bien cyclables, sanctuaire des variétés les plus rares d'orchidées allant de la mauve, insolite avec sa hampe florale dépassant le mètre, à l'orchidée noire qui se développe uniquement sur le palmier Raphia, Sainte Marie hier comme aujourd'hui est avant tout en symbiose avec la mer. Ne dit-on pas que des marins saint-mariens, embauchés et appréciés par les flottes étrangères, sillonnent tous les >océans ?

Paysage de l'île Sainte Marie, Madagascar

Leur "mer-patrie" est un immense aquarium naturel où, autour des îlots comme à l'Est ou sur les récifs frangeants, les plongeurs ont le choix des meilleurs spots au milieu d'une riche et abondante faune sous-marine. Certains, comme sous l'épave de la Cocoteraie, offrent des possibilités de descente en nocturne. Magie garantie ! Et puis, on ne se lassera pas d'en parler, il y a les baleines qui font le spectacle de Juillet à Octobre. Avec la Basse Californie, le Mexique et le fleuve Saint Laurent, Sainte Marie est l'un des rares endroits au monde où on peut les observer dans d'aussi bonnes conditions. Elles restent ici 4 mois, le temps pour les baleineaux d'être sevrés et prêts pour le long périple retour vers les eaux de l'Antarctique. Curieux géants des mers dont la vie se partage entre des hivers chauds et des étés froids…

Au Sud de l'île Sainte Marie, l'île aux Nattes un écrin de verdure posé dans un immense lagon cerné de récifs coralliens. Un petit paradis d'à peine 6 km2 qui a eu son "empereur", ainsi… couronné à cause de son nom, Napoléon. Décédé en 1986 à presque 80 ans, il fut le pionnier du tourisme sur l'Ile aux Nattes, adoré par tous pour sa faconde, son Livre d'Or que chacun était tenu de remplir, et son délicieux poulet au coco.

Essayez donc de retenir "akore nagninare", à prononcer "akôr nàgne naré". Cela veut tout simplement dire "bonjour" dans le dialecte saint-marien, et vous créditera d'un effet de surprise valant tous les glossaires !

Texte : Thompson Andriamanoro
Photos Pierre-Yves Babelon
Remerciements à Princesse Bora Lodge & Spa

Vos commentaires :