L'eldorado du cacao

“Le meilleur cacao du monde”

Cabosses de cacao de Madagascar

La région d'Ambanja dans le Nord Ouest rappelle curieusement la luxuriance de la Côte Est. Arrosée par le fleuve Sambirano, elle bénéficie d'un climat chaud et d'un taux d'humidité favorable à la culture, et à la production, du meilleur cacao du monde.

“Je ne me rappelle même pas le goût du chocolat alors qu'il est fabriqué avec ce que je plante ! L'important pour moi c'est d'écouler mes cabosses et sauvegarder la filière”. Plus de 60% des paysans de la région d'Ambanja sont des planteurs de cacao, et avoir un champ de cacaoyer est pour eux une source de prestige. Autres temps autres mœurs : avec la nécessité d'obtenir le meilleur rendement possible de chaque pied, les paysans ne se contentent plus d'attendre la cueillette. Ici on débroussaille, on bine, on amende, on rajeunit les champs. Un jeune plant demande environ 5 ans pour produire ses premières cabosses, et entre 6 et 8 ans pour atteindre sa production de croisière.

Cabosses de cacao de Madagascar

Toute la famille est mise à contribution pour casser les cabosses récoltées et en extraire les fèves. L'emmagasinage et le traitement requièrent des moyens spéciaux. A Ambalavelona, un petit village à 5 km au Nord d'Ambanja, la coopérative paysanne est dotée de bacs de fermentation. Durant cette étape, le produit est conservé à une température de 35° lui garantissant sa qualité. Le séchage par contre se fait à l'air libre sans aucune autre intervention, ce qui explique le caractère “bio” tant apprécié du cacao d'Ambanja.

Car le cacao malgache qui vient principalement de cette région et celle d'Ambilobe est classé parmi les meilleurs au monde. Il a notamment obtenu le label “Cacao Fun” de l'Organisation Internationale du Cacao basée à Londres, même si le pays n'en est pas membre. Cette distinction est octroyée après une série de tests destinés à déterminer le niveau d'acidité du produit, et d'autres à caractère gustatif confiés à des professionnels du monde entier. D'après Philippe Fontaine, Président du Groupe Maillot, l'acidité exceptionnelle du cacao malgache est due au processus de fermentation des fèves, mais aussi et surtout aux particularités du sol.

La production malgache est relativement faible puisqu'elle se situe entre 4 et 5000 tonnes. Mais le label “Cacao Fun” permet de vendre le produit à un prix deux fois plus cher que le cours international. Et la Grande Ile qui a comme principaux concurrents des pays comme l'Equateur a fait son choix entre la quantité et la qualité. Sans regret, bien au contraire.

Texte : Thompson Andriamanoro
Photos Pierre-Yves Babelon

Vos commentaires :